1. Il n’est pas recommandé d’utiliser un siège d’auto usagé

Vous avez peut-être déjà vu ces petites annonces passer sur les réseaux sociaux ou sur un site spécialisé : « Siège presque neuf, a à peine servi ». Bien souvent, ces sièges sont offerts à une fraction du prix de détail. Ça peut être tentant pour doter grand-maman d’un siège permanent dans sa voiture…

Attention : la Société d’Assurance Automobile du Québec (SAAQ) ne recommande pas l’utilisation d’un siège d’auto usagé. Si vous n’avez pas le choix de le faire, voici leurs recommandations :

  • Assurez-vous que la date d’expiration n’est pas dépassée
  • L’étiquette de conformité de Transports Canada doit être encore sur le siège (et lisible)
  • Les instructions du fabricant doivent venir avec le siège
  • Le siège ne devrait jamais avoir été impliqué dans un accident
  • Évidemment, le siège ne devrait jamais avoir été rappelé pour une défectuosité
  • Toutes les pièces doivent être présentes et intactes

Bien que la date d’expiration, l’étiquette et les instructions soient plutôt simples à vérifier, les autres éléments le sont moins. Pour ce qui est de l’implication dans un accident, vous devrez vous fier à la bonne foi du vendeur.

Le rappel devrait être vérifié auprès de Transport Canada en ayant sous la main toutes les informations concernant le siège avant même de vous déplacer pour aller le voir. Finalement, ce n’est que sur place, le manuel d’instruction sous les yeux, que vous serez en mesure d’inspecter le banc pour vous assurer que toutes les pièces y sont et en bon état.

Est-ce que tout ce travail vaut vraiment la peine? À vous de voir.

2. Il peut être illégal de vendre ou prêter un siège usagé fabriqué avant 2012

La majorité des sièges ont une durée de vie qui varie de 6 à 10 ans, mais s’il a été fabriqué avant 2012, il se pourrait que vous ne puissiez ni le vendre ni le prêter. En effet, il pourrait ne plus rencontrer les exigences de Santé Canada en vertu de la Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation.

Si vous trouvez dommage de ne pas pouvoir donner une deuxième vie à votre siège pour enfant, ne prenez pas chance et communiquez directement avec Santé Canada.

3. Il est illégal d’utiliser un siège acheté aux États-Unis

Puisqu’un siège pour enfant peut coûter quelques centaines de dollars, il peut être tentant d’aller se promener au sud de la frontière et d’y faire son achat.

Les règles de sécurité ne sont pas les mêmes au Canada et aux États-Unis. Du coup, un siège américain ne répond pas aux normes canadiennes. La Société de l’assurance automobile du Québec est catégorique : il est illégal d’utiliser ces sièges.

Encore une fois, Transport Canada est moins catégorique : ce n’est pas illégal si le siège est homologué pour être vendu au Canada. Bref, si un modèle est à la fois conforme aux exigences canadiennes et américaines, s’il est muni de la marque nationale de sécurité, il se pourrait que vous ayez droit de l’importer et de l’utiliser.

Bien difficile de procéder à ces vérifications si vous acheter en ligne et comptez vous faire livrer ce siège…

4. Vous devriez toujours changer un siège après un accident

Même s’il ne semble pas endommagé, il est fortement recommandé de remplacer le siège d’auto après un accident. Il est possible qu’il ait des fissures invisibles dans la coque, ce qui viendrait réduire la protection offerte.

Après un accident, renseignez-vous auprès de votre assureur afin de savoir si vous pourriez être indemnisé.

5. La durée de vie des sièges n’est pas universelle

Un siège d’auto pour enfant a une durée de vie maximale indiquée par le fabricant. Par contre, il s’agit bien de la durée de vie maximale, dans de bonnes conditions. Plusieurs facteurs peuvent venir réduire cette durée de vie :

  • L’exposition au soleil;
  • Les changements de température fréquents;
  • Les aliments, nettoyants, boissons et autres produits renversés sur les parties du siège peuvent compromettre leur fonctionnement sécuritaire;
  • Les normes de sécurité peuvent changer durant la durée de vie maximale.

6. À peine 50% des sièges d’auto sont utilisés correctement

Le siège doit être adéquat au poids et à la taille de l’enfant, mais il doit aussi être utilisé correctement. Il faut que l’installation soit sécuritaire et que l’enfant soit convenablement attaché. 

Notez qu’au cours des premiers mois suivants la naissance, il est déconseillé d’y laisser bébé assis plus d’une heure. Si vous avez un long trajet devant vous, prévoyez de multiples arrêts afin de le sortir du siège, le prendre dans vos bras, le changer de position.

7. Vous pouvez faire vérifier votre siège et son installation

La SAAQ, en collaboration avec CAA-Québec, a mis sur pied un réseau de vérification de sièges d’auto pour enfant. Ces vérifications sont gratuites et vous pouvez même faire faire l’installation du siège pour un frais minime.

Avant de prendre la route avec votre enfant, n’hésitez pas à faire vérifier l’installation de votre siège. Assurez-vous que votre siège n’a pas été l’objet d’un avis de sécurité ou d’un rappel (consultez le site de Transport Canada). Mettez toutes les chances de votre côté et ne laissez rien au hasard.

La prévention avant tout.